Fermer



Maladies cardio-neuro-vasculaires

Publié le 27/05/2013 - Dernière mise à jour le 28/10/2016

La maladie veineuse thromboembolique

La maladie veineuse thromboembolique (MVTE) regroupe la thrombose veineuse (TV) et sa complication immédiate, l’embolie pulmonaire (EP). La thrombose veineuse profonde résulte d’une activation localisée de la coagulation avec constitution d’un thrombus dans le système veineux. Le thrombus, constitué de fibrine, de globules blancs et de plaquettes, peut provoquer une occlusion partielle ou totale de la lumière veineuse, obstruant ainsi la circulation du sang. Elle peut affecter n’importe quelle partie du système veineux, mais les manifestations les plus fréquentes concernent les sites de bas débit sanguin du réseau veineux profond des membres inférieurs. Une fois formé, le thrombus peut se détacher ou se fractionner, migrer dans les artères pulmonaires via la circulation sanguine et provoquer une embolie pulmonaire, complication aigüe et potentiellement fatale de la thrombose. L’insuffisance veineuse secondaire ou syndrome post thrombotique est une complication secondaire et plus tardive de la thrombose veineuse.

La MVTE est une pathologie multifactorielle et différents facteurs de risque acquis, génétiques ou environnementaux peuvent être impliqués dans sa survenue. Parmi les principaux on compte l’âge, le cancer, la chirurgie, l’immobilisation, les troubles de la coagulation, l’obésité et la grossesse. Pathologie fréquente et récidivante, elle présente une mortalité et une morbidité importantes, notamment chez le sujet âgé. L’incidence de la pathologie en France a été peu étudiée ; les dernières estimations donnaient une incidence de 183 pour 100 000 pour la MVTE et de 60 pour 100 000 pour l’EP en 1998 (Oger, 2000). L’incidence de cette pathologie augmente de manière exponentielle avec l’âge pour atteindre plus de 1 % chez les personnes âgées de plus de 75 ans.

La validité des bases médico-administratives et de mortalité n’a pas été évaluée pour la MVTE. Cependant, une étude française a montré une sensibilité élevée des codes diagnostiques de la CIM-10 utilisés pour le codage de l’EP (Casez, 2010). En raison de l’association fréquente de la MVTE avec d’autres pathologies et des pratiques de codage, l’indicateur de mortalité est fondé sur les causes multiples de décès du certificat (Olié, 2013). De même, le diagnostic principal et le diagnostic associé des hospitalisations sont retenus pour la sélection des cas.

  •  

    En 2011, 15 315 décès ont été répertoriés avec une MVTE en causes multiples dont 8 691 femmes et 6 624 hommes. Une EP était renseignée dans plus de 80 % des cas. La mortalité prématurée concernait globalement 17 % des décès répertoriant une MVTE avec un déséquilibre homme-femme important (23 % chez les hommes et seulement 12 % chez les femmes). Le taux brut de mortalité augmentait de façon importante avec l’âge, inférieur à 0,5/100 000 chez les moins de 25 ans, il atteignait 348,1/100 000 chez les plus de 85 ans. Le taux de mortalité en causes multiples standardisé sur l’âge était supérieur chez les hommes comparé aux femmes.

    Nombre et taux de décès par maladie veineuse thromboembolique et embolie pulmonaire selon le sexe et l'âge, 2011

     

    Maladie veineuse thromboembolique

    Embolie pulmonaire

     

    Hommes

    Femmes

    Total

    Hommes

    Femmes

    Total

    Nombre de décès

    Moins de 25 ans

    9

    15

    24

    6

    13

    19

    25-44 ans

    150

    147

    297

    126

    131

    257

    45-64 ans

    1 380

    890

    2 270

    1 136

    776

    1 912

    65-84 ans

    3 344

    3 396

    6 740

    2 810

    2 868

    5 678

    85 ans et plus

    1 741

    4 243

    5 984

    1 437

    3 434

    4 871

    Total tous âges

    6 624

    8 691

    15 315

    5 515

    7 222

    12 737

    Taux brut*

    Moins de 25 ans

    0,1

    0,1

    0,1

    0,1

    0,1

    0,1

    25-44 ans

    1,8

    1,7

    1,8

    1,5

    1,5

    1,5

    45-64 ans

    16,5

    10,1

    13,2

    13,6

    8,8

    11,1

    65-84 ans

    82,0

    64,9

    72,4

    68,9

    54,8

    61,0

    85 ans et plus

    337,0

    352,9

    348,1

    278,2

    285,6

    283,4

    Total tous âges

    21,0

    25,9

    23,5

    17,5

    21,5

    19,6

    Taux standardisé**

    26,9

    21,7

    24,1

    22,4

    18,2

    20,1

    *Taux pour 100 000 habitants.
    **Taux standardisés sur l’âge de la population européenne d’Eurostat (IARC, 2010).
    Champ : France entière.
    Sources : données de mortalité : Inserm-CépiDc, statistiques démographiques : Insee.

    Le taux standardisé de mortalité par MVTE a diminué de façon importante entre 2000 et 2011 avec une réduction de 34 % aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Cette diminution était moins marquée chez les moins de 65 ans (environ -18 % chez les hommes et -11 % chez les femmes).

    En savoir plus : Olié V et al. Time trends in pulmonary embolism mortality in France, 2000-2010. Thromb Res. 2015 Feb;135(2):334-8.

    Evolution des taux* de décès par maladie veineuse thromboembolique selon le sexe de 2000 à 2011

    Evolution des taux de décès par maladie veineuse thromboembolique selon le sexe de 2000 à 2011

    Evolution des taux* de décès par embolie pulmonaire selon le sexe de 2000 à 2011

    Evolution des taux de décès par embolie pulmonaire selon le sexe de 2000 à 2011

    * Taux pour 100 000 habitants, standardisés sur l’âge selon la population européenne d’Eurostat (IARC, 2010).
    Champ : France entière.
    Sources : données de mortalité : Inserm-CépiDc, statistiques démographiques : Insee.
  •  

    Les taux régionaux standardisés de décès différaient de manière importante selon la région. Le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie, l’Alsace, la Lorraine, l’Auvergne, la Guadeloupe et la Martinique affichaient les taux de mortalité par MVTE en causes multiples les plus élevés (>30/100 000 habitants) et supérieurs de plus de 10 % à la moyenne nationale. En revanche, la Corse, la Réunion, la Bretagne, les Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes, l’Ile-de-France ainsi que Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Midi-Pyrénées présentaient des taux inférieurs de plus de 10 % à la moyenne nationale.

    En savoir plus : Gabet A, Lamarche-Vadel A, Chin F, Olié V. Disparités régionales de la mortalité prématurée par maladie cardiovasculaire en France (2008-2010) et évolutions depuis 2000-2002. Bull Epidémiol Hebd. 2014;26:430-8.

    Décès MVTE causes multiples 2008-2010

    Décès par embolie pulmonaire causes multiples 2008-2010 - Taux standardisés régionaux (Europe 2010) - Tous âges

     

    Décès prématurés par MVTE causes multiples 2008-2010

    Décès prématurés par embolie pulmonaire causes multiples 2008-2010 - Hommes/Femmes - Taux standardisés régionaux (Europe 2010)

  •  

    En 2013, 127 049 personnes ont été hospitalisées au moins une fois avec une MVTE en diagnostic principal ou associé et 59 639 présentaient une EP. Près de 90 % des patients hospitalisés pour MVTE ou EP étaient âgés de 45 ans et plus. Les femmes représentaient près de 55 % des patients hospitalisés pour MVTE et pour EP. Le taux brut de patients hospitalisés pour MVTE ou pour EP augmentait de manière exponentielle avec l’âge, passant de 11,6 pour 100 000 chez les moins de 25 ans à plus de 1 232,3 pour 100 000 chez les plus de 85 ans pour la MVTE. Les taux standardisés étaient supérieurs chez les hommes par rapport aux femmes.

    En savoir plus :
    Olié V et al. 2014
    Olié V et al. Bull Epidemiol Hebdo 2013;33-34.

    Nombre et taux de patients hospitalisés en soins de courte durée MCO pour maladie veineuse thromboembolique et une embolie pulmonaire selon le sexe et l'âge, en 2013

     

    Maladie veineuse thromboembolique

    Embolie pulmonaire

     

    Hommes

    Femmes

    Total

    Hommes

    Femmes

    Total

    Nombre de patients hospitalisés

    Moins de 25 ans

    1 047

    1 287

    2 334

     316

    499

    815

    25-44 ans

    5 157

    5 667

    10 824

    2 350

    2 531

    4 881

    45-64 ans

    19 215

    13 202

    32 417

    8 741

    5 906

    14 647

    65-84 ans

    27 393

    31 231

    58 624

    13 044

    15 338

    28 382

    85 ans et plus

    6 709

    16 141

    22 850

    3 179

    7 735

    10 914

    Total tous âges

    59 521

    67 528

    127 049

    27 630

    32 009

    59 639

    Taux brut*

    Moins de 25 ans

    10,2

    13,1

    11,6

    3,1

    5,1

    4,1

    25-44 ans

    62,3

    66,9

    64,6

    28,4

    29,9

    29,1

    45-64 ans

    229,3

    149,5

    188,4

    104,3

    66,9

    85,1

    65-84 ans

    628,5

    572,0

    597,1

    299,3

    280,9

    289,1

    85 ans et plus

    1 183,6

    1 253,8

    1 232,3

    560,9

    600,8

    588,6

    Total tous âges

    187,2

    199,4

    193,5

    86,9

    94,5

    90,8

    Taux standardisé**

    216,6

    184,3

    199,9

    101,0

    87,1

    93,9

    *Taux pour 100 000 habitants.
    **Taux standardisés sur l’âge de la population européenne d’Eurostat (IARC, 2010).
    Champ : France entière.

    Entre 2002 et 2013 le taux standardisé de patients hospitalisés pour une MVTE est resté assez stable chez les hommes (+ 0,5 %) et a diminué chez les femmes (-13,8 %). Cependant, avant 65 ans, on observait une augmentation de 22,7 % chez les hommes, alors que chez les femmes, le taux de patients hospitalisés pour MVTE est resté stable (-1,9 %).

    Evolution des taux* de patients hospitalisés avec un diagnostic principal, associé ou relié de MTVE selon le sexe de 2002 à 2013

    Evolution des taux de patients hospitalisés avec un diagnostic principal, associé ou relié de MVTE selon le sexe de 2002 à 2013

    Evolution des taux* de patients hospitalisés avec un diagnostic principal, associé ou relié d'embolie pulmonaire selon le sexe de 2002 à 2013

    Evolution des taux de patients hospitalisés avec un diagnostic principal, associé ou relié d’embolie pulmonaire selon le sexe de 2002 à 2013

    *Taux pour 100 000 standardisés sur l’âge selon la population européenne d’Eurostat (IARC, 2010)
    Champ : France entière
    Sources : Base nationale PMSI (ATIH), statistiques démographiques : Insee

    L’évolution au cours des dix dernières années de la mortalité et du taux de patients hospitalisés est plutôt favorable chez les personnes de 65 ans et plus. En revanche, avant 65 ans et notamment chez les hommes l’augmentation de l’incidence de la MVTE hospitalisée est constante depuis 10 ans. Cette augmentation pourrait s’expliquer, en partie, par une amélioration des outils diagnostiques avec l’introduction de nouvelles techniques d’imagerie, par une meilleure survie des polytraumatisés et des patients atteints de cancer, qui sont deux populations à risque de MVTE mais également par une augmentation de la prévalence de certains facteurs de risque de MVTE comme l’obésité en population générale.

  •  

    Les taux standardisés de patients hospitalisés pour une MVTE en 2013 variaient d’une région à l’autre. Un grand quart Nord-Est présentait un taux standardisé supérieur à la moyenne nationale (Nord-Pas-de-Calais, Lorraine, Champagne-Ardenne, Franche-Comté et Picardie). La Bourgogne, Rhône-Alpes et la Basse-Normandie possédaient également des taux élevés dépassant 220 cas pour 100 000. En revanche, les taux étaient inférieurs d’au moins 10 % par rapport à la moyenne nationale en Bretagne, Pays-de-la-Loire, Limousin et Provence-Alpes-Côte-D’azur avec des taux standardisés inférieurs à 170/100 000. La Corse (138,6/100 000) et la Réunion (135,7/100 000) possédaient les taux standardisés les plus bas en France en 2013. Les disparités régionales observées sont assez concordantes entre la mortalité et les hospitalisations.

    En savoir plus : Olié V et al. 2014.

    Patients hospitalisés avec embolie pulmonaire 2012 - Taux standardisés régionaux (Europe 2010) - Tous âges

    MTVE_carte_patients_hospitalises_tous_ages_2012

Haut de page