Fermer



Maladies cardio-neuro-vasculaires

Publié le 28/10/2016

Les anévrismes de l'aorte abdominale

Les anévrismes de l’aorte abdominale (AAA) sont des pathologies graves présentant une létalité élevée. Ils correspondent à une dilatation permanente de la paroi de l’aorte dans sa portion abdominale. Les AAA sont des pathologies évolutives souvent asymptomatiques qui en cas de rupture constituent une urgence vitale (létalité de 80 à 90 % dont 50 % avant l’arrivée à l’hôpital, selon Cosford et al, 2007).

Les principaux facteurs de risque des AAA sont l’âge, le sexe masculin, l’hypertension artérielle, le tabagisme et la présence d’antécédents familiaux. En raison de la létalité élevée, en 2012, la Haute Autorité de santé (HAS) a préconisé la mise en œuvre d’un programme de dépistage opportunisme, unique et ciblé chez les hommes de 65 à 75 ans présentant certains facteurs de risque.

Les données recueillies à partir des certificats de décès montrent que le nombre de décès par AAA, en cause initiale, en France, s’élevait à 990 en 2011, dont une majorité d’hommes (76 %). Les taux standardisés de mortalité étaient plus élevés chez les hommes que chez les femmes.

Nombre et taux de décès par anévrisme de l'aorte abdominale, selon le sexe et l'âge, en France, en 2013

 

AAA sans mention de rupture

AAA rompu

 

Hommes

Femmes

Total

Hommes

Femmes

Total

Nombre de décès

246

68

314

509

167

676

Taux brut*

0,8

0,2

0,5

1,6

0,5

1,0

>65 ans

0,1

<0,1

0,1

0,2

<0,1

0,1

≥ 65 ans

4,8

1,0

2,6

9,7

2,5

5,5

Taux standardisé**

1,0

0,2

0,5

2,0

0,4

1,0

*Taux pour 100 000 habitants.**Taux standardisé sur l’âge de la population française de 2010 (Insee).Champ : France entière.

Entre 2000 et 2011, le taux de mortalité a diminué de façon significative dans les deux sexes.

Evolution des taux de décès par anévrisme de l’aorte abdominale, selon le sexe, en France entre 2000 et 2011

anevrismes_aorte_abdominale_taux_deces_2000-2011

* Taux standardisés sur l’âge selon la population française de 2010 (Insee).Champ : France entière.Sources : données de mortalité : Inserm-CépiDC, statistiques démographiques : Insee.

En 2013, 8 853 patients domiciliés en France (hommes : 90 %, femmes : 10 %) ont eu au moins une hospitalisation complète pour AAA, dont 90 % pour un AAA sans notion de rupture. Les taux de patients hospitalisés étaient supérieurs chez les hommes par rapport aux femmes.

Nombre et taux de patients hospitalisés par anévrisme de l'aorte abdominale (diagnostic principal), selon le sexe et l'âge, en France, en 2013

 

AAA sans mention de rupture

AAA rompu

 

Hommes

Femmes

Total

Hommes

Femmes

Total

Nombre de patients hospitalisés

7 203

783

7 986

724

143

867

Taux brut*

22,6

2,3

12,2

2,3

0,4

1,3

0-44 ans

0,1

0,1

0,1

<0,1

<0,1

<0,1

45-54 ans

4,6

0,4

2,5

0,4

0,1

0,3

55-64 ans

37,4

2,0

19,1

3,0

0,3

,16

65-74 ans

92,7

5,0

46,1

7,6

0,4

3,8

75-84 ans

142,2

13,4

66,1

13,8

1,7

6,7

85 ans et plus

109,4

14,7

43,6

25,8

5,6

11,7

Taux standardisé**

24,6

2,0

11,8

2,6

0,3

1,3

*Taux pour 100 000 habitants.**Taux standardisé sur l’âge de la population française de 2010 (Insee).Champ : France entière.

L’analyse des évolutions globales entre 2002 et 2013 montre pour les AAA sans mention de rupture, une légère diminution du taux standardisé chez les hommes (-5,0 %) et une légère augmentation chez les femmes (+5,2 %). En revanche, pour les AAA rompus, le taux standardisé diminuait dans les deux sexes, mais de façon plus marquée chez les femmes (-33,3%) que chez les hommes (-13,3 %).

Evolution des taux de patients hospitalisés avec un diagnostic principal d’anévrisme de l’aorte abdominale, selon le sexe, en France entre 2002 et 2013

anevrismes_aorte_abdominale_taux_patients_2002-2013

* Taux standardisés sur l’âge selon la population française de 2010 (Insee).Champ : France entière.Sources : Base nationale PMSI (ATIH), statistiques démographiques : Insee.
Haut de page