Fermer



Hépatites virales - Généralités

Publié le 07/12/2009 - Dernière mise à jour le 20/06/2017

Plans de lutte contre les hépatites virales B et C en France

En 1999, un premier programme national de lutte contre l’hépatite C a été mis en place avec comme objectifs prioritaires : la réduction de la transmission, le renforcement du dépistage des populations à risque et l’amélioration de la prise en charge des personnes ayant une hépatite virale chronique.

Le deuxième plan national hépatites virales B et C (2002-2005) a actualisé et renforcé les mesures de lutte contre l’hépatite C et mis en place un programme d’actions vis-à-vis de l’hépatite B.

Le dernier plan national de lutte contre les hépatites B et C (2009-2012) a prévu le renforcement du dépistage des hépatites B et C, la réduction de la transmission VHB et VHC, le renforcement de l’accès aux soins, la mise en place de mesures complémentaires adaptées au milieu carcéral, la poursuite et le renforcement de la surveillance et des connaissances épidémiologiques. L’évaluation de ce plan a été confiée en 2013 au Haut Conseil de la santé publique (HCSP). Parmi ses conclusions, le HCSP a préconisé des améliorations encore possibles dans le domaine de la prévention primaire (information, vaccination) et secondaire (dépistage, orientation) des hépatites B et C, et surtout, en direction des personnes les plus vulnérables.

En 2014, un « Rapport de recommandations sur la prise en charge des personnes infectées par les virus de l’hépatite B ou de l’hépatite C » a été réalisé sous l’égide de l’Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS) et de l’Association française pour l’étude du foie (AFEF) et sous la direction du Professeur Daniel Dhumeaux.

En 2016, un rapport de recommandations sur la « Prise en charge thérapeutique et suivi de l’ensemble des personnes infectées par le virus de l’hépatite C » a été réalisé sous l’égide de l’Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS) et du Conseil national du sida et des hépatites virales (CNS) et avec le concours de l’Association française pour l’étude du foie (AFEF) et sous la direction du Professeur Daniel Dhumeaux. Cette mise à jour s’inscrit dans la perspective d’un accès universel au traitement de l’hépatite C annoncé par la Ministre des Affaires sociales et de la Santé en mai 2016.

Haut de page