Fermer



Milieu pénitentiaire et santé

Publié le 01/07/2015 - Dernière mise à jour le 10/01/2017

  • photo milieu pénitentiaire

Des risques sanitaires insuffisamment caractérisés qui touchent à la fois les personnes détenues et les professionnels travaillant en milieu pénitentiaire.
La prison est un milieu spécifique dans lequel plusieurs populations évoluent, rencontrent des problèmes de santé, ont des pratiques à risque et/ou sont exposées à des risques sanitaires. De par la nature de ce milieu, qu’il soit ouvert ou fermé, de problèmes de santé existants ou non avant l’incarcération, de dégradation ou d’aggravation de l’état de santé initial, il est essentiel de pouvoir décrire, de façon fiable et précise, la santé en prison.
Les personnes incarcérées constituent une population particulièrement vulnérable : elles sont en moins bonne santé que la population générale, et ce, dès leur entrée en détention. Les données épidémiologiques nationales sur l’état de santé des personnes détenues demeurent parcellaires et ne concernent que quelques thématiques de santé. Plusieurs travaux de Santé publique France ont permis néanmoins de regrouper et de développer les connaissances sur le sujet et de mesurer des indicateurs de santé en milieu carcéral. Les risques infectieux, les pratiques à risque inhérentes à l’usage de drogues, la santé mentale et les maladies chroniques en sont quelques exemples.
Les établissements pénitentiaires sont également un environnement de travail particulier. La population des agents et ex-agents de l’administration pénitentiaire – qui représente pour la France plus de 40 000 personnes entre 1990 et 2008 – ont été pour la majorité d’entre eux exposés à des nuisances professionnelles multiples et spécifiques (stress, insécurité, etc.). Cependant, peu de travaux sur le plan épidémiologique sont disponibles bien qu’une fréquence élevée de plusieurs pathologies (symptômes dépressifs, anxiété, hypertension) ait été observée dans ce groupe professionnel. Santé publique France a ainsi analysé les causes de décès de cette population sur une période de près de 20 ans, en partenariat avec l’administration pénitentiaire.

Sommaire du dossier

Haut de page