Fermer



Syndrome du canal carpien

Publié le 13/06/2018

Fractions de risque attribuables aux professions et secteurs d’activité

Part attribuable aux professions et aux secteurs d'activité

Le réseau de surveillance des troubles musculo-squelettiques (TMS) en Pays de la Loire mené par Santé publique France et l’équipe d’épidémiologie en santé au travail et ergonomie de l’Université d’Angers, a identifié 1 500 cas (1 053 femmes et 447 hommes) opérés d’un syndrome du canal carpien (SCC) en 2002 et 2003 dans le Maine-et-Loire, correspondant à une incidence de 2,7 pour 1000 femmes et 1,2 pour 1000 hommes [1]. L’activité professionnelle des patients au moment de l’opération a été documentée pour 1 347 sujets (questionnaire). Parmi eux, 1 107 étaient des actifs occupés (actifs ayant un emploi) au moment de l'intervention chirurgicale. Cette étude a permis d’estimer les fractions de risque de SCC attribuables [2] aux professions et aux secteurs d’activité chez les hommes et chez les femmes.

Part attribuable aux professions

Chez les femmes, la fraction de risque attribuable en population (Frap) estimée pour les ouvrières non qualifiées de l'industrie était de 11 %. En d'autres termes, 11 % des cas de SCC opéré seraient évités dans la population active féminine âgée de 20 à 59 ans si cette catégorie professionnelle ne présentait pas d'excès de risque de SCC. La Frap était inférieure à 5 % pour les autres catégories professionnelles à risque élevé de SCC opéré. La fraction de risque attribuable chez les exposés (Frae) était la plus élevée pour les ouvrières agricoles (74 %). En d'autres termes, 74 % des cas de SCC opéré chez les ouvrières agricoles âgées de 20 à 59 ans seraient évités si cette catégorie professionnelle ne présentait pas d'excès de risque de SCC. Chez les hommes, la Frap estimée était de 12 % pour les ouvriers qualifiés de type artisanal, de 10 % pour les ouvriers non qualifiés de type industriel, de 4 % pour les ouvriers agricoles. La Frae se situait autour de 60 % pour ces trois catégories professionnelles.

Part attribuable aux secteurs d’activité

Chez les femmes, les valeurs estimées de Frap étaient dans l’ensemble relativement basses (les plus élevées, autour de 3 %, étaient observées dans l’agriculture et le secteur de la santé). Les valeurs de Frae étaient élevées dans l’industrie de fabrication de matériel informatique (82 %), l’assurance (71 %), l’industrie automobile (66 %), les services personnels (65 %), la fabrication de meuble (59 %). Elle se situait autour de 50 % dans les industries alimentaires, l’industrie du cuir et de la chaussure et l’agriculture. Chez les hommes, les valeurs estimées de Frap étaient de l’ordre de 5 % dans la construction. Les Frae variaient entre 11 % (administration publique) et 87 % (métallurgie), avec des valeurs de l’ordre de 60 % pour l’industrie du cuir, les transports terrestres, le travail des métaux.

Une étude analogue a été réalisée en 2008-2009 dans les Bouches-du-Rhône permettant d’estimer les parts de SCC attribuables aux professions et secteurs d’activité dans ce département également [3].

Références

1. Ha C, Fouquet N, Roquelaure Y, Raimbeau G, Leclerc A, Goldberg M, et al. Syndrome du canal carpien. Estimations de l’incidence, de la prévalence et du poids de l’activité professionnelle dans sa survenue dans les Pays de la Loire, France, 2002-2004. Numéro thématique - TMS d’origine professionnelle. Une préoccupation majeure. Bull Epidemiol Hebd. 2010;5‑6:37‑40.

2. Bouyer J, Hémon D, Cordier S, Derriennic F, Stücker I, Stengel B, et al. Épidémiologie: principes et méthodes quantitatives. Lavoisier; 2009. 515 p.

3. Sillam F, Souarès Y, Malfait P, Plaine J, Ha C. Syndrome du canal carpien : estimations de l’incidence, de la prévalence et du poids de l’activité professionnelle dans sa survenue dans les Pays de la Loire, France, 2002-2004. Numéro thématique. Surveillance épidémiologique des risques professionnels, quoi de neuf ? Bull Epidemiol Hebd. 2012; 22-23 : 272-5.

Haut de page