Fermer



L'Agence

Publié le 03/04/2011 - Dernière mise à jour le 09/05/2012

Réseaux et partenaires

Tous les professionnels de santé participent à la mission de veille sanitaire.

Elle ne peut en effet s’exercer autour d’un seul et unique acteur mais autour d’un ensemble de partenaires organisés dans une même démarche visant, selon les thématiques, à recueillir, valider, analyser les données de morbidité et de mortalité, mais aussi assurer, si besoin, une évaluation quantitative des risques. L’InVS doit mobiliser, coordonner et appuyer les différentes équipes de santé publique qui oeuvrent à l’établissement d’un réseau national de santé publique.

Les réseaux nationaux partenaires de l’InVS

L’InVS s’appuie sur des réseaux nationaux participant à la surveillance de l’état de santé de la population, dont il anime la fonction de veille sanitaire : les Centres nationaux de référence (CNR) ; les registres de morbidité ; les réseaux de lutte contre les infections nosocomiales et les professionnels de santé hospitaliers et libéraux (déclaration obligatoire de certaines maladies).

Il fait appel aux différents systèmes de surveillance ou réseaux de services de soins : les services hospitaliers (services d’urgence, services de médecine spécialisée…) ; les laboratoires hospitaliers ou privés (réseau de surveillance des gonococcies, des infections invasives bactériennes et méningées…) ; les médecins généralistes, les médecins du travail pour le thème spécifique de la santé en milieu professionnel…

Il coordonne son action avec des organismes dont une partie de l’activité est de fournir des données de santé publique et de surveillance : la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés et les caisses d’assurance maladie, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques…

Enfin, il coordonne également son action avec les agences du dispositif français de veille et de sécurité sanitaires et notamment avec l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), la Haute autorité de santé (HAS), l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), l’Etablissement français du sang (EFS), l’Agence de la biomédecine (ABM) et l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes).

Les réseaux européens et internationaux

Au niveau européen, l’InVS représente la France au Conseil d’administration du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Control and Prevention, ECDC) et ses experts participent à différentes instances. Il contribue activement au développement des réseaux de surveillance et de contrôle des maladies transmissibles et environnementales en Europe. Il collabore également à des programmes coordonnés par d’autres États membres et au réseau européen de surveillance, d’alerte et de contrôle des maladies infectieuses qui met en relation les ministères chargés de la Santé et les instituts de surveillance des États membres. Ce système d’alerte, basé sur un réseau de télétransmission sécurisé entre les États, permet l’échange rapide d’informations épidémiologiques sur les risques infectieux pouvant toucher plusieurs États et l’identification précoce des menaces infectieuses émergentes en Europe.

Au plan international, l’InVS participe au bureau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Lyon et collabore avec le bureau régional de l’OMS pour l’Europe. Il contribue également à des réseaux de surveillance régionaux, par exemple le réseau Episouth, qui oeuvre pour le contrôle des maladies transmissibles dans les pays d’Europe du Sud et du bassin méditerranéen. L’InVS participe également, dans le cadre de ses missions, à l’action européenne et internationale de la France. Enfin, dans le cadre du nouveau règlement sanitaire international (RSI), l’InVS participe au partage des alertes et au renforcement des réseaux internationaux de veille et d'alerte.

Haut de page