Communiqué de presse - 17 mars 2005


L’alimentation des Français tend à s’améliorer
mais reste encore éloignée des recommandations en matière de nutrition


L’alimentation des Français tend à s’améliorer pour certains groupes d’aliments mais reste encore éloignée des recommandations du Programme national nutrition santé (PNNS1). C’est l’une des conclusions d’un rapport de synthèse* réalisé par l’Unité de surveillance et d’épidémiologie nutritionnelle (Usen, unité mixte de l’Institut de veille sanitaire et du Conservatoire national des arts et métiers). L’objectif principal de ce travail était de décrire la situation actuelle et l’évolution de la consommation alimentaire de la population française au travers des données disponibles pour la période 1997-2003. Le recueil des données décrites ici a précédé le lancement du PNNS et est trop proche des premières actions pour permettre de juger de l’éventuel impact des mesures et actions mises en place.

Pour les adultes, la consommation de fruits et légumes semble avoir partiellement progressé depuis 1997. Néanmoins, elle demeure encore insuffisante, notamment chez les adultes jeunes. La consommation d’aliments pourvoyeurs de glucides complexes (pain, pommes de terre et légumes secs) ne semble pas avoir augmenté. 20 à 40% des adultes consomment au moins 3 produits laitiers par jour (3 produits laitiers par jour sont recommandés par le PNNS). Enfin, la majorité des Français consomment par jour 1 à 2 aliments d’origine animale (viande, poissons, oeufs).

Chez les enfants (2-14 ans), la consommation de fruits et légumes demeure insuffisante. Plus de 60% des enfants consomment moins de 3,5 fruits et légumes par jour (alors que le PNNS recommande une consommation d’au moins 5 fruits et légumes par jour). Quant aux produits laitiers, 40% des enfants consomment moins de 3 produits laitiers par jour (crèmes desserts non comprises). La consommation de produits sucrés reste trop élevée, quel que soit l’âge, surtout chez les garçons.

Concernant l’allaitement maternel, les données disponibles montrent que 55% des femmes allaitent leur nouveau-né. La durée moyenne de l’allaitement maternel est de 8 à 10 semaines. Cette pratique reste encore insuffisante au regard des bénéfices qui en résultent sur la santé et le développement de l’enfant.

Toutes les évolutions relevées dans ce rapport se produisent sur de courtes périodes et surtout concernent des populations spécifiques. Elles ne permettent pas de juger de leur poursuite à l’avenir. Une actualisation des données présentées aujourd’hui sera réalisée grâce au lancement de l’Etude nationale nutrition-santé qui démarrera à l’automne 2005. Pour rappel, la nutrition joue un rôle prépondérant dans la survenue de nombreuses maladies chroniques (maladies cardio-vasculaires, diabètes, cancers, obésité, ostéoporose). Elle constitue donc un enjeu majeur de santé publique, qui a été pris en compte dans le cadre du PNNS.


1 Pour plus d’informations : http://www.sante.gouv.fr/htm/actu/34_010131.htm

* Situation et évolution des apports alimentaires de la population en France, 1997-2003. Institut de veille sanitaire, mars 2005 (49 pages + annexes). Rapport complet disponible sur le site de l’InVS (http://www.invs.sante.fr)

 

Contacts presse
Laetitia G. Benadiba (InVS) : 01-41-79-67-08
Elsa Vidal (InVS) : 01-41-79-69-59

 

Page précédente


Institut de veille sanitaire
Mise en ligne le 17 mars 2005
Contacts Contactez l'InVS