Evaluation des programmes de dépistage des cancers > Evaluation du programme de dépistage du cancer du sein > Indicateurs d'évaluation du programme > Programme national de dépistage organisé du cancer du sein 2003-2005

Evaluation des programmes de dépistage des cancers

Evaluation du programme de dépistage du cancer du sein

Taux de participation au programme de dépistage organisé du cancer du sein 2003-2005


Le dépistage organisé du cancer du sein a été généralisé à tout le territoire français en 2004. Le nouveau cahier des charges établi par la Direction générale de la santé et mis en place en 2002, propose des modalités de dépistage identiques à celles du dépistage individuel. L’examen clinique est systématique, des clichés complémentaires sont faits en cas de besoin, le bilan diagnostique est effectué immédiatement en cas d’images suspectes et la qualité du programme est maintenue par la double lecture des mammographies normales et l’évaluation. Le dépistage est coordonné au niveau local par une structure de gestion (une structure pour un ou plusieurs départements, au total 84 structures de gestion pour 99 départements). L’évaluation du programme est effectuée annuellement par l’Institut de veille sanitaire.


Les référentiels

Le référentiel européen mis à jour en 2001 préconise un taux de participation de la population cible supérieur ou égal à 70 %. Cependant, il faut considérer que le taux de participation de 60 % est un taux minimum nécessaire pour mettre en évidence une réduction de la mortalité par cancer du sein. Bien évidemment, l’impact sur la mortalité sera d’autant plus important que les taux de participation seront élevés.
Ce référentiel est celui de l’ensemble des pays européens ayant mis en place un programme de dépistage organisé.


Dénominateurs du taux de participation

Au niveau national et à des fins de comparaison entre départements, les dénominateurs utilisés pour le calcul des taux de participation sont les données de population fournies par l’Insee (projections Omphales hypothèse 1,8) calculés de manière identique sur tout le territoire.
Le taux de participation par année prend en compte la participation pour une année civile, au prorata du nombre de mois d’activité au cours de l’année. Les taux de participation calculés sur l’année peuvent être influencés par les stratégies d’invitation, en particulier à la mise en place du programme. Les taux calculés sur deux ans, période au cours de laquelle toute la population ciblée doit avoir été invitée reflètent mieux la participation des femmes. Ils prennent en compte une période de temps égale à la durée d’une campagne complète d’invitation.


Résultats

La généralisation s’est effectuée de 2002 à 2004 et le nombre de départements analysés progresse d’une année à l’autre. Ainsi, 33 départements avaient débuté le programme avant 2003, 81 étaient opérationnels en 2003, 98 en 2004 et 99 en 2005 (la Corse est comptabilisée comme un seul département). En 2005, on observe une augmentation des taux de participation de pratiquement tous les départements par rapport à 2004 et 7 départements atteignent des taux supérieurs à 60 %. En revanche, 6 départements ont des taux entre 23 et 29 %.

L’évolution des taux de participation montre une augmentation depuis 2003 avec des taux de 33 % en 2003, 40 % en 2004 et 45 % en 2005, soit près de 2 millions de femmes dépistées au cours de cette dernière année. Voir carte (pdf - 683 Ko) et tableaux (pdf - 67 Ko).

Pour la première fois en 2005, il est possible de calculer les taux de participation pour toutes les régions. Les taux calculés sur les deux années 2004-2005 sont compris entre 30 et 40 % pour 8 régions, entre 40 et 49 % pour 10 régions et supérieur ou égal à 50 % pour 5 régions. La région Bretagne a le taux de participation le plus élevé très proche de 60 %, les Pays-de-Loire et le Limousin sont proches de 55 %. Les régions ayant les taux les plus bas sont la Corse, l’Ile-de-France et la Lorraine (respectivement de 31,5 %, 34,3 % et 32,1 %).

Chaque année et tous âges confondus, 12 000 femmes meurent d’un cancer du sein en France et 46 000 nouveaux cas sont diagnostiqués. En 2004, 1 608 397 femmes ont effectué une mammographie de dépistage organisé permettant la détection de 10 640 cancers soit un taux de 6,6 pour 1 000 femmes dépistées. Les taux de participation rapportés ici ne reflètent cependant qu’une partie du dépistage. En effet, un grand nombre de mammographies sont effectuées en dehors du programme de dépistage et 65 % des femmes de la classe d’âge de 50 à 74 ans interrogées pour le Baromètre santé en 2005, ont déclaré avoir effectué une mammographie au cours des 2 dernières années.


Conclusion

On observe une participation en augmentation après deux ans de généralisation du programme de dépistage organisé du cancer du sein avec les modalités semblables à celles du dépistage individuel. Cependant il ne s’agit pas de relâcher les efforts. Certains départements ont encore des taux de participation bas et les messages doivent tendre à convaincre les femmes qui ne font jamais de mammographies mais aussi celles qui en font en dehors du programme de profiter de la qualité offerte par dépistage organisé.

 

 

Page précédente


Institut de veille sanitaire
Mise en ligne le 10 mai 2006
Mise à jour le 23 août 2006
Contacts Contactez l'InVS