Cancers prioritaires à surveiller et étudier en lien avec l’environnement


Télécharger la synthèse du rapport au format Acrobat Reader (pdf 110 Ko)

Télécharger le rapport complet au format Acrobat Reader (pdf 352 Ko)

Télécharger la couverture du rapport au format Acrobat Reader (pdf 53 Ko)



Des questions scientifiques et sociales se posent actuellement sur l’origine environnementale possible de cancers dont les causes sont inconnues ou mal expliquées par les facteurs classiques. Pour améliorer les connaissances, il faut pouvoir mettre en place une surveillance sanitaire en lien avec l’environnement et mener des études spécifiques. L’objectif a été d’identifier quelles localisations cancéreuses sont prioritaires pour cette surveillance et ces études.

Une méthode de hiérarchisation a été élaborée pas à pas par consensus scientifique. Une échelle composite comportant 16 critères, de poids variant de 1 à 3, a été construite et un indicateur a été identifié pour chaque critère afin d’établir un score pour chaque localisation cancéreuse. Les critères ont été choisis pour documenter les trois notions suivantes : lien suspecté ou prouvé avec l’environnement, importance en santé publique, perception sociale.

Les données ont été extraites de 28 entretiens semi-directifs avec des cliniciens et référents scientifiques ainsi que de la littérature.

L’application de la méthode montre qu’elle est faisable et discriminante. Un classement clair des 24 localisations sélectionnées a été obtenu avec des scores variant de 6,3 à 30. La localisation “système nerveux central” obtient la première place, suivie par les localisations “poumon”, “lymphome malin non hodgkinien”, “mésothéliome de la plèvre”, “leucémies” et “peau”. Ces six localisations sont constamment placées dans les sept premiers rangs lorsque que l’on fait varier les séries de critères prises en compte.

Compte tenu des limites inhérentes à la construction d’une échelle composite, la méthode a permis d’identifier avec une certaine robustesse un groupe de six localisations prioritaires.


Links between cancer and the environment are of scientific and social concern, regarding the increasing incidence of cancers in developed countries and the fast changing of human environment, considered in its broad meaning. For several cancer sites, this increase is not or incompletely explained by known risk factors.

The purpose was to identify which cancer sites are of high priority for monitoring and studying In order to improve knowledge in this field.

A scoring method was developed step by step by scientific consensus. A composite scale including 16 criteria, with weights of 1 to 3 was built, and an indicator was identified for each criterion in order to allow the scoring of each cancer site. Criteria were aggregated in 3 groups: (suspected or proven) link with environment, public heath significance, and social perception.

Data were extracted from 28 face-to-face semistructured interviews with clinician and scientific referents and from bibliographic research.

The method proved feasible and able to discriminate. A clear ranking of 24 selected cancer sites with scores varying from 6.3 to 30 was obtained. The site “central nervous system tumours” ended up first place followed by “lung”, “non Hodgkin lymphomas”, “mesothélioma”, “leukaemia” and “skin cancers”. These 6 sites are constantly ranked among the seven first ones, overall and within the three groups of criteria.

Considering the limitations of composite scales, the method led, with a rather good strength, to the identification of a group of 6 cancer sites to be monitored and studied with high priority.

 

 

TÚlÚcharger Acrobat Reader

Page précédente

 


Institut de veille sanitaire
Mise en ligne le 31 juillet 2006

CONTACTS Contactez l'InVS