Etude de santé publique autour d’une ancienne usine de broyage d’amiante, le Comptoir des minéraux et matières premières à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)

Pollution environnementale de 1938 à 1975 : impact sanitaire et recommandations

Rapport et synthèse


 

 


Couverture
Télécharger le document au format pdf (331 Ko)

Sommaire
Télécharger le document au format pdf (23 Ko)

Remerciements et avertissement
Télécharger le document au format pdf (67 Ko)

Abréviations
Télécharger le document au format pdf (104 Ko)

1. Introduction
Télécharger le document au format pdf (278 Ko)

2. Monographie historique
Le broyage du minerai d’amiante au CMMP : documents d’archive et témoignages d’anciens travailleurs et riverains de l’usine
Télécharger le document au format pdf (3,1 Mo)

3. Investigation de l’agrégat spatio-temporel de maladies liées à l’amiante autour du CMMP
Validation des diagnostics et analyse des expositions chez les personnes présentant une pathologie liée à l’amiante et ayant résidé à proximité du CMMP
Télécharger le document au format pdf (2,6 Mo)


4. Evaluation de l’ampleur de la pollution à l’amiante dans le voisinage du CMMP lors du fonctionnement de l’usine
Délimitation du périmètre de dispersion des fibres d’amiante sur la période (1938-1975)
Télécharger le document au format pdf (8,2 Mo)

5. Conclusion et recommandations
Télécharger le document au format pdf (203 Ko)

 

Télécharger la synthèse au format Acrobat (pdf - 2,82 Mo)


En 1938, s’installait en banlieue parisienne une entreprise spécialisée dans le broyage de minéraux et tout particulièrement de minerai d’amiante. Son activité de broyage, source de bruit et d’une intense production de poussière, donnera lieu à de multiples plaintes du voisinage. En 1997, la famille d’un riverain portait plainte suite au décès par mésothéliome d’un des leurs, décès qu’elle attribuait à l’exposition environnementale générée par l’entreprise.
La présente étude a eu pour objectif de vérifier l’existence d’au moins un cas de pathologie liée à l’amiante pour laquelle une exposition environnementale était la seule retrouvée et d’estimer l’ampleur de cette exposition passée en fibres d’amiante autour de l’usine au temps de son activité.
La recherche d’archives et la réalisation d’une enquête qualitative auprès d’anciens salariés et riverains de l’usine ont permis de reconstituer l’histoire de l’entreprise et de caractériser la source de pollution le plus précisément possible.
Avec l’aide des associations de riverains, la consultation des dossiers cliniques et la reconstitution des expositions de 21 personnes présentant une pathologie liée à l’amiante ont été possibles. Onze d’entre elles ont présenté une pathologie confirmée (mésothéliome, plaque pleurale) en lien avec une exposition strictement environnementale ou associée à une exposition paraprofessionnelle mineure validant ainsi le signal initial.
L’estimation du périmètre de pollution en fibres d’amiante dans l’environnement de l’entreprise, malgré son caractère expérimental, permet de guider les décideurs dans leurs actions futures en dimensionnant la taille de la population potentiellement concernée par des expositions passées.
Le rapport conclut sur la nécessité d’informer les anciens travailleurs et leurs familles sur leurs droits à réparation et suivi médical et sur le besoin d’une réflexion collective associant les riverains pour décider des actions d’information et d’un éventuel suivi médical en direction de la population exposée dans le passé.


Public health survey on a former asbestos grinding plant, 1938-1975

In 1938, a company specialised in mineral grinding, especially asbestos, settled in Paris outskirts. The grinding activity that produced noise and great quantities of dust led to numerous complaints from the neighbours. In 1997, the family of a neighbour sued the plant after the death of a family member due to mesothelioma, as the family considered the environmental exposure of the firm as responsible.
The aim of the study described here was to check if there existed one case of asbestos-related disease at least, where the only documented exposure was environmental, and to assess the extent of past exposure in terms of asbestos fibres around the plant when it was still working. The search for archives and a qualitative survey targeting former workers and neighbours of the plant enabled to understand the background of the company and characterise the source of pollution as precisely as possible.
Access to the medical files and documentation of the exposures of 21 persons presenting asbestos-related diseases was possible with the help of neigbours’ associations. Eleven persons had a confirmed disease (mesothelioma, pleural plaques) related to a strictly environmental exposure, or to a minor paraprofessional exposure, which confirmed the original alert. Although it is experimental, evaluation of the pollution zone by asbestos fibres in the surroundings of the company will help decision makers in the future by providing the size of the population potentially concerned by past exposures.
As a conclusion, former workers and their families have to be informed about their right to compensation and medical follow-up. Working groups including the neighbours are needed to take decisions on information campaigns and a possible medical follow-up for the population exposed in the past.

 

 

TÚlÚcharger Acrobat Reader

Page précédente

 


Institut de veille sanitaire
Mise en ligne le 11 décembre 2007

CONTACTS Contactez l'InVS