L’épidémiologie des traumatismes liés à la pratique du rugby

Revue de la littérature


Télécharger le rapport au format Acrobat (pdf - 383 Ko)

 

16 pages


Le rugby est un sport de contact qui entraîne des lésions liées notamment aux confrontations physiques auxquelles sont soumis les joueurs lors des matchs et des entraînements. L’épidémiologie des traumatismes en rugby a fait l’objet de nombreuses études au niveau international. Cette revue bibliographique présente la synthèse des connaissances épidémiologiques sur les traumatismes en rugby à XIII et rugby à XV, publiées dans les revues scientifiques accessibles à partir des bases de données bibliographiques.

En rugby à XIII, les taux d’incidence globaux sur une saison varient entre 114 et 825 traumatismes pour 1 000 heures de pratique (toutes lésions) ou entre 27 et 68 pour 1 000 heures de pratique (lésions empêchant le match suivant). En rugby à XV, les valeurs correspondantes sont : 53 et 91 (toutes lésions), et 16 à 74. Globalement, la survenue des blessures paraît plus fréquente en rugby à XIII qu’en rugby à XV. Les joueurs professionnels ont des taux d’incidence plus élevés que les joueurs amateurs, mais moins élevés que les joueurs semi-professionnels. Les amateurs et les semi-professionnels contractent plus de lésions en deuxième partie de saison. Lors d’un match, les traumatismes sont plus fréquents en deuxième mi-temps chez les amateurs et en première mi-temps chez les semi-professionnels. Le plaquage constitue de loin la phase de jeu entraînant le plus de lésions. Les lésions musculaires sont les plus fréquentes. Les lésions sont en grande majorité bénignes, de 89 à 93 % selon les études. Parmi les lésions non bénignes, entre 15 et 25 % sont qualifiées de graves. Des démarches de prévention menées dans plusieurs pays ont montré leur efficacité, notamment en Nouvelle-Zélande, avec le programme "RugbySmart", où le nombre de lésions graves des cervicales a été divisé par deux depuis l’instauration de ce programme en 2000.

Le bénéfice de ces actions conduit à développer en France une prévention du même type. Les projets de la Fédération française de rugby et de la Ligue nationale de rugby vont dans ce sens, avec la mise en place d’un suivi longitudinal des joueurs et la réalisation d’enquêtes épidémiologiques sur les traumatismes.


Epidemiology of rugby injuries - Literature review

Rugby is a contact sport which causes related injuries, including physical confrontations to which players are subject during matches and training. The epidemiology of injuries due to rugby has been the subject of numerous studies at international level. This literature review presents a summary of epidemiological knowledge about trauma in rugby league team and rugby union team published in scientific journals available from bibliographic databases.

In rugby league team, the global incidence rates on a season vary between 114 and 825 injuries per1000 player-hours (all injuries) or between 27 and 68 per 1000 player-hours (injuries preventing participation in the next game). In rugby union team, the corresponding values are: 53 and 91 (all injuries), and 16 to 74. Overall, the occurrence of injuries seems to be more prevalent in rugby league team than in rugby union team. Professional players present higher incidence rates than the amateur players, but lower than those of semi-professional players. Amateurs and semi-professional contract more damage during the second part of the season. During a match, injuries are more frequent in the second half-time among amateurs and during the first half-time among semi-professionals. Tackling represents by far the phase causing most of injuries. Muscle lesions are the most common. Injuries are mostly minor, 89 to 93% according to studies. Among non-benign lesions, between 15 and 25% are classified as serious. Prevention measures performed in several countries have demonstrated their effectiveness, particularly in New Zealand, with the RugbySmart programme, where the number of serious cervical lesions has been halved since the introduction of this programme in 2000.

The benefit of these actions has led France to develop a similar type of prevention. Projects from the “Fédération française de rugby” and the “Ligue nationale de rugby” are in favor of these approaches, with the establishment of a longitudinal follow-up of players and the conduct of epidemiological surveys on injuries.

 

 

TÚlÚcharger Acrobat Reader

Page précédente

 


Institut de veille sanitaire
Mise en ligne le 15 septembre 2008

CONTACTS Contactez l'InVS