Hospitalisations pour exacerbations de BPCO : comment les identifier à partir des données du programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) ?


Télécharger le rapport au format Acrobat (pdf - 296 Ko)


Les exacerbations de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) sont un facteur de mauvais pronostic sur l’évolution de la maladie. Les plus sévères nécessitent une hospitalisation. Identifier les séjours pour exacerbations de BPCO au sein des données du programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) est complexe. D’une part, ces séjours survenant chez des patients ayant de fréquentes co-morbidités, la BPCO ne figure pas toujours en diagnostic principal (DP) du séjour. D’autre part, les séjours pour bilan ne sont pas directement identifiables dans les données du PMSI. L’objectif de ce travail était donc de définir les algorithmes les plus pertinents pour repérer les séjours pour exacerbations de BPCO dans la base nationale du PMSI. L’analyse a concerné les séjours comportant, en diagnostic principal ou associé, un des codes correspondant à la BPCO ou à l’insuffisance respiratoire chronique et survenus chez des adultes de 25 ans ou plus. Plusieurs combinaisons de codage du DP et des diagnostics associés ont été définies avec la collaboration de pneumologues hospitaliers. Une analyse descriptive des séjours a tout d’abord été effectuée pour l’année 2005. L’évolution entre 1998 et 2007 des caractéristiques des séjours a ensuite été décrite pour chacun des algorithmes afin de tester la robustesse des tendances au cours du temps. Le nombre de séjours variait considérablement selon l’algorithme utilisé (de 66 000 à 109 000 par an pour 2006-2007). Le nombre total de séjours a augmenté entre 1998 et 2007, mais la répartition des différents codes est restée stable au cours de ces dix années. En conclusion, bien que le poids global des hospitalisations pour exacerbations de BPCO soit difficile à appréhender, il est possible d’utiliser les données du PMSI pour en analyser les variations au cours du temps. Nous proposons d’utiliser deux indicateurs afin de prendre en compte d’éventuels transferts de codage et de vérifier la robustesse des tendances au cours du temps. Nous recommandons d’exclure les séjours de moins de 48 heures dont l’issue n’est pas le décès.


How to identify acute exacerbations of COPD from the French hospital discharge database (PMSI)?

Acute Exacerbations of Chronic Obstructive Pulmonary Disease (AE-COPD) have a pejorative impact on the evolution of the disease. Hospital admission is required for severe episodes. In France, each hospital stay is registered in a hospital discharge database (PMSI) and the primary and associated diagnoses are coded using ICD-10. However, defining admissions for AE-COPD is difficult. These admissions occurred in patients with frequent co-morbidities, and COPD may not be mentioned as the primary diagnosis. Furthermore, planned admissions for evaluation of the disease are not identifiable. The objective of this study was to define the most accurate ICD – codes or combinations of codes for identifying AE-COPD. The analysis concerned hospital admissions with a COPD or chronic respiratory failure as associated or primary diagnosis in adults aged 25 years or above. Several combinations of codes were defined by an expert committee. A descriptive analysis of 2005 data was first conducted. Temporal trends between 1998 and 2007 were then described for each combination of codes in order to assess the temporal trend robustness. The total number of AE-COPD related admissions varied greatly according to the algorithm used (from 66,000 to 109,000 by year in 2006-2007). The total number of AE-COPD related admissions increased between 1998 and 2007, but the distribution of the various codes remained stable during the 10-year study period. In conclusion, although the overall burden of AE-COPD related admissions is difficult to assess, data from the PMSI can be used to analyse temporal trends. We suggest using two different combinations of codes in order to take into account a potential evolution in coding practices and to check the robustness of the trends over time. We also recommend excluding short stays (less than 48 hours), for which the outcome was not death.

 

 

TÚlÚcharger Acrobat Reader

Page précédente

 


Institut de veille sanitaire
Mise en ligne le 17 août 2009

CONTACTS Contactez l'InVS