Hospitalisations pour brûlures à partir des données
du Programme de médicalisation des systèmes d'information

France métropolitaine, 2008

 


Télécharger le rapport au format Acrobat (pdf - 534 Ko)

Télécharger la synthèse du rapport au format Acrobat (pdf - 230 Ko)

Download the summary (pdf - 228 Ko)

 


L’épidémiologie des brûlures est peu documentée en France. Ces traumatismes peuvent pourtant avoir des conséquences redoutables, entraîner des séquelles physiques et psychologiques importantes et leur prise en charge nécessite des moyens particulièrement coûteux. Les données nationales du Programme de médicalisation des systèmes d’information ont été analysées pour l’année 2008 en France métropolitaine. Tous les séjours hospitaliers comportant un diagnostic principal de brûlure, codé en T20 à T32, ontété exploités. Une première analyse décrit les séjours hospitaliers pour brûlures : taux d’hospitalisation, durées moyennes de séjour, prise en charge, etc. ; une deuxième analyse décrit les victimes de brûlures : répartition par âge, sexe, gravité, saisonnalité, taux d’incidence, etc. En 2008, en France métropolitaine, le nombre d’hospitalisations pour brûlures s’élevait à 12 778. Les hospitalisations des 0-4 ans représentaient 33 % de l’ensemble. Dans 41 % des cas, les hospitalisations ont été assurées dans un centre de traitement des brûlés (CTB). La durée moyenne de séjour était de 7,5 jours (11,8 jours en CTB et 4,5 jours dans les autres services). Le nombre de décès à l’hôpital était de 194, soit un taux de létalité de 2,1 %. Ces hospitalisations correspondaientà 8 944 patients résidant en France métropolitaine (sex-ratio=1,8). Dans 5 % des cas, la personne avait une brûlure grave. L’incidence moyenne était de 14,4 pour 100 000 habitants. L’incidence brute était particulièrement élevée chez les enfants de moins de 5 ans (61/100 000), chez les hommes (19 vs 10 chez les femmes) et présentait des disparités régionales. Ces résultats montrent l’importance de développer des actions de prévention pour diminuer le nombre de brûlures, notamment chez les enfants à partir du moment où ils commencent à marcher et chez les personnes âgées, chez qui les brûlures sont moins fréquentes mais plus graves. La prévention passe également par l’adoption de mesures réglementaires, visant à rendre plus sûr l’environnement, notamment domestique.


Hospitalisations for burns using data from the French National Hospital Discharge Database
Metropolitan France, 2008

The epidemiology of burns is poorly documented in France. Those injuries may have major consequences, and lead to physicaland psychological damage, which in terms of health care require particularly expensive cost.National data from the French National Hospital Discharge Database (PMSI) were analysed for the year 2008 inmetropolitan France. All hospitalisations with a principal diagnosis of burns, coded T20 T32, were used. A first analysisdescribes hospital stays for burns: hospitalisation rates, average lengths of stay, health care, etc.; and a second analysisdescribes burn victims: age distribution, sex, severity, seasonality, incidence rates, etc.In 2008, there were 12,778 hospitalisations for burns in metropolitan France. Hospitalisation of the 0-4 year-olds accountedfor 33% of all hospitalisation. In 41% of cases, hospitalisations occurred in a centre for burn injuries (CBI). The averagelength of stay was 7.5 days (11.8 days CBIs and 4.5 days in other medical units). The number of hospital deaths was 194,representing a fatality rate of 2.1%. These hospitalisations represented 8,944 patients living in metropolitan France (sexratio=1.8). In 5% of cases, the patient had a severe burn. The mean incidence was 14.4 per 100,000 inhabitants. Thecrude incidence was particularly high among children under 5 years (61/100, 000) and men (19 vs 10 women) and revealed
regional differences. These results show the importance of developing preventive measures to reduce the number of burns, particularly among
children, from the moment they start walking, and among the elderly, in whom burns are less frequent but more serious.Prevention also involves the adoption of regulatory measures aimed at a safer environment, namely at home.

 

Télécharger Acrobat Reader

Page précédente

 


Institut de veille sanitaire
Mise en ligne le 23 décembre 2010

CONTACTS Contactez l'InVS