Intérêt des détecteurs CO pour l’alerte et la prévention des intoxications oxycarbonées dans l’habitat

Analyse de la démarche de l’office HLM Bretagne Sud Habitat (Morbihan)


Télécharger le rapport au format Acrobat (pdf - 507 Ko)
Télécharger la plaquette au format Acrobat (pdf - 93 Ko)


Une enquête transversale en population complétée par des essais en laboratoire a été menée en 2007 pour évaluer l’intérêt des détecteurs de monoxyde de carbone dans un parc HLM du Morbihan qui avait équipé 1 316 logements en 2003. Soixante-quatorze foyers équipés (19,5 % [16,5-22,9]) ont évoqué un déclenchement de l’alarme. L’incidence cumulée des journées avec déclenchement estimée à 0,29 ‰ [0,22-0,36] était multipliée par un facteur supérieur à 8 entre 2004 et 2006. Les déclenchements étaient cohérents avec les causes connues d’exposition au monoxyde de carbone et une situation hautement dangereuse a été décrite. Des signes cliniques conformes avec les symptômes de l’intoxication étaient rapportés pour 7,7 % [3,1-18,0] des journées avec déclenchement. La mauvaise connaissance des détecteurs et des conduites à tenir affectait la capacité des locataires à réagir à un déclenchement. L’impact des détecteurs sur la connaissance du risque était faible. L’acceptabilité des appareils, quoique bonne, était moindre chez les locataires ayant connu un déclenchement de l’alarme. Une dégradation des performances des appareils a été mise en évidence avec une dérive probable, voire une possible saturation des capteurs. Les résultats de l’étude apportent à partir d’une expérience particulière un complément aux travaux du Laboratoire national de métrologie et d’essais qui a mis en évidence des performances insuffisantes pour huit modèles de détecteurs. Une action mériterait d’être menée pour identifier des détecteurs de monoxyde de carbone fiables dont les performances, la durée de vie voire les procédures de maintenance seraient documentées. L’utilisation du Système national de surveillance des intoxications oxycarbonées pour évaluer l’intérêt des détecteurs CO mériterait d’être envisagée.


The interest of CO detectors for early warning and prevention of carbon monoxide poisoning in homes
Analysis of the approach used by the Low Rent Housing Office from South Brittany (Morbihan)

A cross-sectional population survey supplemented by laboratory tests was conducted in 2007 to assess the interest of carbon monoxide detectors in the Morbihan district where 1,316 council flats had been equipped with a particular model in 2003. Seventy-four equipped households (19.5% [16.5-22.9]) reported the triggering of the alarm. The cumulative incidence of the alarm days – days associated with at least one alarm – estimated at 0.29‰ [0.22-0.36] was multiplied by a factor higher than 8 between 2004 and 2006. The triggers were consistent with the known causes of exposure to carbon monoxide and a highly dangerous situation was described. Clinical signs consistent with symptoms of poisoning were reported for 7.7% [3.1-18.0] of the alarm days. A poor knowledge of the devices and of the behaviours to adopt affected the ability of tenants to respond to a trigger. The impact of having a detector on the risk knowledge was low. Even though the acceptability of the devices was fairly good, it was lower for the tenants who had experienced a trigger. The deterioration of the devices’ performances was highlighted with a probable drift as well as possible saturation of the sensors. The results of the study are complementary to another work of the National Laboratory of Metrology and Testing, which revealed the poor performance of eight detector models. Efforts should be conducted to identify reliable detectors of carbon monoxide whose performances, life expectancy, and maintenance procedures are well documented. Using the National System for Monitoring Carbon Monoxide Poisoning to evaluate the benefit of CO detectors should be considered.

 

 

Télécharger Acrobat Reader

Page précédente

 


Institut de veille sanitaire
Mise en ligne le 26 janvier 2010

CONTACTS Contactez l'InVS