Les morts inattendues des nourrissons de moins de 2 ans
Enquête nationale 2007-2009

 


Télécharger le rapport au format Acrobat (pdf - 672 Ko)

Télécharger la synthèse du rapport au format Acrobat (pdf - 114 Ko)


Contexte : la survenue de mort subite du nourrisson (MSN) a considérablement baissé depuis les campagnes en faveur du couchage sur le dos des nourrissons. Chaque année, les statistiques de décès identifient 250 cas de MSN en France, parfois en l’absence des investigations postmortem nécessaires pour affirmer ce diagnostic. Objectif : connaître le nombre et les caractéristiques des morts inattendues (MIN) d’enfant de moins de 2 ans en France, la part réelle de la MSN, des décès expliqués et de la maltraitance, ainsi que leur prise en charge au regard des recommandations de la Haute autorité de santé (HAS). Méthode : d’octobre 2007 à octobre 2009, toute MIN survenue dans 17 départements a fait l’objet d’un recueil de données sur le lieu du décès, puis dans le Centre de référence où l’enfant a été transféré. Toutes les MIN, transportées ou non, ont été comptabilisées par les Samu. Résultats : le taux d’inclusion a été de 91 %, sur les 281 survenues. Le taux des MIN de moins d'1 an était de 0,40/1 000 naissances vivantes. Parmi les MIN de moins d'1 an incluses (n=220), le sex-ratio était de 1,86 ; l’âge médian de 3 mois. Une autopsie était pratiquée dans 72 % des moins d'1 an et 88 % des plus d'1 an, mais très variable selon les départements. La mort était expliquée après exploration dans 34 % des cas de moins d'1 an, 66 % des plus d'1 an, les maladies infectieuses étant la première cause. Dix-huit enfants de moins d'1 an étaient morts asphyxiés dans leur lit en raison d’erreur de couchage et chez 63 autres, un ou des facteurs de risque connus de MSN était identifié comme ayant pu contribuer au décès. Conclusion : cette enquête identifie le besoin de renouveler les campagnes sur le couchage des nourrissons et de renforcer les centres de référence dans leurs missions de prise en charge des MIN selon les recommandations de la HAS.


Suddent Infant Death Syndrome in infants under two years old

National investigation 2007-2009

Background: the occurrence of Sudden Infant Death Syndrome (SIDS) has decreased significantly since the back to sleep campaigns. French mortality statistics register 250 SIDS deaths each year, sometimes in the absence of post-mortem investigations mandatory to establish this diagnosis. Objective: to estimate the number and the characteristics of Sudden Unexpected Deaths in Infants (SUDI) under two years of age, the actual part of SIDS, explained deaths and abuse, as well as services and investigation provided compared to the recommendations of the French National Health Authority (HAS). Method: from October 2007 to October 2009, information was collected on the death scene for all cases of SUDI that occurred in 17 districts, then in the reference centre where infants were transported. All SUDI, transported or not, were registered by the French Emergency Services (Samu). Results: out of 281 SUDI, the inclusion rate was 91%. The incidence of SUDI in children under 12 months old was 0.40/1,000 live births. Among SUDI in infants less than 12 months old (n=220), the sex ratio was 1.86, with a median age of 3 months. An autopsy was performed on 72% of infants under 1 year old and on 88% of children over 1 year. The autopsy rates varied considerably by district. After exploration, the death was explained in 34% of infants under 1 year of age, and in 66% of infants over 1 year, infectious diseases being the major cause. Eighteen deaths were due to suffocation related to the sleeping conditions in infants under one year, and in 63 deaths, one or more known risk factors of SIDS were identified as having contributed to the death. Conclusion: this survey identifies the need for renewing campaigns promoting safe infant sleeping, and to strengthen the reference centers in their missions of SIDS handling under the recommendations of the French National Health Authority.

 

 

Télécharger Acrobat Reader

Page précédente

 


Institut de veille sanitaire
Mise en ligne le 22 mars 2011

CONTACTS Contactez l'InVS