Surveillance de la consommation des antibiotiques

Réseau ATB Raisin - Résultats 2009


Télécharger le rapport au format Acrobat (pdf - 604 Ko)
Télécharger la synthèse du rapport au format Acrobat (pdf - 110 Ko)
Annexe 6 Sommaire (pdf - 10 Ko)
Annexe 6-1 CHU (pdf - 51 Ko)
Annexe 6-2 CH (pdf - 52 Ko)
Annexe 6-3 MCO (pdf - 51 Ko)
Annexe 6-4 ESSR (pdf - 39 Ko)
Annexe 6-5 Hôpitaux locaux (pdf - 29 Ko)
Annexe 6-6 ESLD (pdf - 24 Ko)
Annexe 6-7 HIA (pdf - 34 Ko)
Annexe 6-8 CLCC (pdf - 25 Ko)
Annexe 6-9 Hôpitaux psychiatriques (pdf - 29 Ko)

Télécharger le diaporama au format powerpoint (ppt - 1,25 Mo)


La surveillance de la consommation des antibiotiques (ATB) conduite dans le cadre du réseau ATB-Raisin participe au bon usage des ATB. Les objectifs sont de permettre à chaque établissement de santé (ES) de décrire et d’analyser ses consommations par rapport à un ensemble comparable et de les confronter aux données de résistance bactérienne. Les ATB à visée systémique de la classe J01 de la classification Anatomical Therapeutic Chemical (ATC), la rifampicine et les imidazolés per os, dispensés en hospitalisation complète, ont été exprimés en nombre de doses définies journalières (DDJ) et rapportés à l’activité en journées d’hospitalisation (JH) selon les recommandations nationales et de l’Organisation mondiale de la santé (système ATC-DDD, 2009). Des données de résistance ont été collectées pour sept couples bactérie/antibiotique. Les 997 ES participants en 2009 représentaient près de 50 % des lits d’hospitalisation et avaient consommé379 DDJ/1 000 JH. Les ATB les plus utilisés étaient l’association amoxicilline-acide clavulanique (32 %), l’amoxicilline (17 %) et l’ofloxacine (5 %). La consommation médiane d’ATB variait de 55 DDJ/1 000 JH dans les hôpitaux psychiatriques à 676 dans les hôpitaux d’instruction des armées. Des variations étaient observées selon les secteurs d’activité, de 60 DDJ/1 000 JH en psychiatrie à 1 528 en réanimation. Les données de résistance étaient en cohérence avec celles issues de réseaux spécifiques. La surveillance en réseau des consommations détaillées permet à chaque ES de se situer, dans un objectif de comparaison, d’échanger sur les pratiques et organisations et de suivre les tendances évolutives. L’analyse des consommations d’ATB est à compléter d’évaluation des pratiques.


Surveillance of antibiotic use in hospitals

Réseau ATB Raisin-Results 2009

To improve antibiotic (ATB) use, hospitals are required to implement ATB stewardship programmes including surveillance of ATB consumption. A study was carried out to describe ATB consumption at hospital and at ward level and to provide tools for benchmarking. Antibacterials for systemic use (J01class of the WHO Anatomical Therapeutic Chemical classification, ATC-DDD system, 2009), rifampin and oral imidazole derivatives were surveyed. ATB consumption for inpatients in 2009, expressed in number of defined daily doses (DDD) per 1 000 patient-days (PD), was collected by 997 voluntary hospitals accounting for 50% of French hospitals beds. Susceptibility data were collected for some bacteria. ATB use (pooled mean) was 379 DDD/1 000 PD. The most frequently used ATB were: co-amoxiclav (32%), amoxicillin (17%) and ofloxacin (5%). Median consumption ranged from 55 DDD/1 000 PD in psychiatric hospitals to 676 in military hospitals. Median consumption differed according to clinical wards from 60 DDD/1 000 PD in psychiatric wards to 1528 in intensive care units. Susceptibility data were consistent with those from dedicated surveillance networks. This multicentre survey provided detailed information on ATB use in a large sample of hospitals. Its findings underscore 1) the relevance of data collection at ward level to foster consumption analysis and target ATB use practice audits; 2) the usefulness of a nationwide surveillance network, allowing relevant comparisons and benchmarking through sharing of experiences and monitoring of trends.

 

 

 

Télécharger Acrobat Reader

Page précédente

 


Institut de veille sanitaire
Mise en ligne le 13 mai 2011

CONTACTS Contactez l'InVS