Infection et maladie tuberculeuse de l’enfant en Ile-de-France en 1997

Institut de Veille Sanitaire


TÚlÚcharger le rapport au format Acrobat Reader ( pdf 505 Ko )


La tuberculose chez l’enfant est une information épidémiologique essentielle car elle témoigne toujours d’une transmission récente. Il est donc particulièrement important d’avoir une surveillance épidémiologique performante de la tuberculose de l’enfant. Cette étude a été réalisée afin de décrire les caractéristiques des enfants mis sous traitement pour infection ou maladie tuberculeuse afin de définir un critère de déclaration adapté à l’enfant et d’estimer l’incidence de l’infection par le bacille tuberculeux chez l’enfant dans une région à incidence élevée.

L’étude concernait les enfants de moins de 15 ans mis sous traitement antituberculeux pour une tuberculose infection ou une tuberculose maladie dans les hôpitaux publics de la région Ile-de-France entre le 1 er janvier et le 31 décembre 1997. Des données sociodémographiques, et cliniques ont été recueillies selon un questionnaire standardisé.

Trente-neuf (93%) des 42 hôpitaux contactés ont participé à l’étude. Parmi les 240 enfants inclus, 73 (30%) avaient une tuberculose maladie et 167 (70%) une tuberculose infection. 50% des enfants avaient moins de 6 ans. Le pays de naissance était la France pour 163 (76%) enfants et à l’étranger pour 51 (24%) mais 80% des enfants avaient des parents nés à l’étranger. Le diagnostic a été fait dans le cadre d’un examen systématique en dehors de tout cas de tuberculose diagnostiqué dans l’entourage pour 106 (45%) enfants, dans le cadre d’un dépistage dans l’entourage d’un cas de tuberculose pour 92 (39%) enfants et pour 38 (16%), des signes cliniques avaient amené l’enfant à consulter. Cent quatre vingt dix sept (86%)enfants avaient reçu au moins une vaccination BCG. Pour 36 des 73 (49%) enfants présentant une tuberculose maladie, le site de la maladie était pulmonaire. Il était extra-pulmonaire isolé chez 27 (37%) enfants et pulmonaire et extra-pulmonaire chez 10 (14%) enfants. Deux enfants avaient une méningite tuberculeuse et 2 une forme disséminée de la maladie. Le prélèvement bactériologique était positif à l’examen microscopique chez 10 (14%) enfants et la culture positive chez 25 (34%) enfants. Pour les tuberculoses maladie, une association de 3 antituberculeux a été prescrite chez 43 (59%) enfants, de 4 antituberculeux chez 24 (33%) et de 2 antituberculeux chez 6 (8%) enfants. Deux antituberculeux ont été prescrits chez 161 (96%) enfants atteints de tuberculose infection et 3 antituberculeux chez 6 (4%). Le contaminateur probable était connu pour 102 (52%) enfants.

Le taux d’incidence de la tuberculose maladie en région Ile-de-France retrouvé par l’enquête était de 3,3 pour 100 000 enfants de moins de 15 ans en 1997 alors que le taux d’incidence en Ile de France calculé à partir des données de la déclaration obligatoire (DO) était de 7,5 pour 100 000 enfants de moins de 15 ans soit plus de 2 fois supérieur à ce-lui de l’enquête. Malgré une exhaustivité imparfaitede notre étude dans le recensement des cas, il a été retrouvé, à Paris, 56% de déclarations dans la DO correspondant à des infections. Il est donc difficile d’apprécier quantitativement en France l’importance de la tuberculose maladie chez l’enfant à partir du système de déclaration. Le taux d’incidence de la tuberculose infection retrouvé par l’enquête était de 7,5 pour 100 000 enfants de moins de 15 ans.

Cette étude a permis de mieux cerner les caractéristiques épidémiologiques de la tuberculose de l’enfant en Ile de France, a mis en évidence les problèmes spécifiques de la surveillance de la tuberculose chez l’enfant et les limites de la DO actuelle. Le comité de pilotage de l’étude a préconisé la déclaration obligatoire de l’infection tuberculeuse de l’enfant, l’infection étant un indicateur sensible de la
transmission et de la manière dont la maladie est contrôlée dans la population. La connaissance de cas d’infection par les services en charge de la lutte antituberculeuse permettra de mettre en oeuvre précocement les actions nécessaires à la recherche du contaminateur et d’autres cas secondaires.

 

 

TÚlÚcharger Acrobat Reader

Page précédente


Institut de veille sanitaire
Mise Ó jour le 29 janvier 2004
CONTACTS Contactez l'InVS