Mortalité observée par cancer dans trois départements d'outre-mer


Situation pour la période 1998-2002 et évolution entre 1983-1987 et 1998-2002

Glossaire



Années potentielles de vie perdues (APVP)
Calcul de l’âge au décès
Taux annuel moyen d’évolution en pourcentage
Taux brut de mortalité
Taux d’années potentielles de vie perdue (APVP)
Taux de mortalité spécifique par âge
Taux de mortalité standardisée sur l’âge (méthode de la population type)
Taux de mortalité tronqués standardisés sur l’âge

Années potentielles de vie perdues (APVP)
Les années potentielles de vie perdues représentent, pour un sujet mort «prématurément », c’est-à-dire avant un certain âge limite, le nombre d’années qu’il n’a pas vécu jusqu’à cet âge limite. Les APVP au niveau d‘une population représentent la somme des APVP de chaque personne décédée avant l’âge limite retenu. Le choix de l’âge limite dépend de l'objectif. La limite de 65 ans est souvent utilisée dans les comparaisons internationales. La limite de 75 ans est plus appropriée dans les pays où l’espérance de vie est élevée. Les APVP sont additives pour les différentes causes de mortalité. Cet indicateur est de plus en plus utilisé pour déterminer les priorités de santé publique. Il donne d’autant plus de poids à un décès qu’il survient à un âge jeune.

Calcul de l’âge au décès
Il existe deux modes de calcul de l’âge au décès: l’âge révolu et l’âge atteint dans l’année. L’âge révolu est égal au nombre d’années complètes vécu avant le décès. L’âge atteint dans l’année correspond au nombre d’années qu’aurait vécu l’individu décédé au 31 décembre de cette année. Il se calcule par la différence entre l’année de décès et l’année de naissance.
Remarque : le mode de calcul de l’âge a un léger impact sur les taux spécifiques et standardisés obtenus. Ainsi, pour la plupart des localisations cancéreuses, où la mortalité augmente avec l’âge, les taux de mortalité calculés en âge révolu sont légèrement supérieurs aux taux calculés en âge atteint dans l’année.

Taux annuel moyen d’évolution en pourcentage
Le taux annuel moyen d’évolution en pourcentage résume l’évolution moyenne du taux de mortalité au cours du temps, sur une période de plusieurs années. Il s’exprime en évolution annuelle en pourcentage. Par exemple, une augmentation du taux de mortalité de 30% sur 10 ans correspond à une évolution annuelle moyenne en pourcentage de ce taux de 2.7% ((1,027)10 = 0,3).

Taux brut de mortalité
Le taux de mortalité est égal au nombre de décès survenus au cours d’une période donnée, rapporté au nombre de personnes présentes au cours de cette période multiplié par leur durée moyenne d’observation Les taux sont exprimés pour 100 000 personnes-années, et se référent à la mortalité pour 100 000 personnes suivies pendant un an.
En langage courant, on définit plus simplement le taux de mortalité comme le nombre de décès apparus dans une population pendant une période de temps donnée rapporté à l’effectif moyen de cette population pendant la même période. Le taux brut de mortalité est exprimé pour 100 000 habitants.

Taux d’années potentielles de vie perdue (APVP)
Le taux d’années potentielles de vie perdues est égal au nombre d’APVP, rapporté à l’effectif moyen de la population dont l’âge est inférieur à l’âge limite. Il est exprimé pour 100 000 habitants. Ce taux peut également être standardisé sur l’âge. A noter que la terminologie « taux d’APVP», qui est couramment employée, est abusive. Il s’agit d’un nombre moyen d’années potentielles de vies perdues, rapporté à la population.

Taux de mortalité spécifique par âge
Ce terme désigne le nombre de décès observés dans une classe d’âge pendant une période donnée, rapporté à la population moyenne de cette classe d’âge au cours de cette période.

Taux de mortalité standardisée sur l’âge (méthode de la population type)
Le taux standardisé sur l’âge est le taux qu’on observerait si la structure d’âge de la population étudiée était la même que celle d’une population standard de référence. Ce taux s’exprime également pour 100 000 habitants. La standardisation permet de comparer les taux observés entre différentes populations en éliminant l’effet éventuel d’une différence de structure d’âge entre ces populations.
Les populations de référence les plus communément utilisées sont les populations mondiale et européenne. La standardisation sur la population mondiale permet des comparaisons internationales, mais elle attribue un poids important aux âges jeunes et un poids faible aux âges élevés.

Taux de mortalité tronqués standardisés sur l’âge
Les taux tronqués désignent des taux qui concernent une sous-population de la population d’étude, définie en terme d’âge (par exemple 45-64 ans). Ces taux peuvent également être standardisés sur l’âge pour rendre comparable les taux observés dans deux populations de structure d’âge différente.

Haut de page


Références

Principaux indicateurs de mortalité. Michel E, Jougla E, Hatton F, Chérié-Challine L. Publication DGS, 1997.

Méthodes statistiques en épidémiologie descriptive. Estève J, Benhamou A, Raymond L. Editions INSERM. Paris, 1993.

Epidémiologie : principes et méthodes quantitatives. Bouyer J, Hémon D, Cordier S et al. Edition INSERM. Paris, 1995.

Site internet du CIRC sur la mortalité par cancer : http://www-depdb.iarc.fr/who/menu.htm


Haut de page

 

Retour au sommaire général

 


Institut de veille sanitaire
Mise en ligne le 28 août 2007
Contacts Contactez l'InVS